Être parfait, c’est surfait !

Hello mes churros !

imani-clovis-23005-unsplash.jpg

Le rapport qu’on entretien avec notre corps est rarement simple, que l’on soit une femme ou un homme. Entre toutes ces fichues normes sorties d’on ne sait où, les médias qui nous rappellent sans cesse de maigrir avant l’été, les comptes instagrams « fitness et nourriture saine », etc … Dur de ne pas complexer !

J’ai (trop) longtemps été mal dans ma peau. J’avais déjà raconté l’anecdote sur ce blog, mais il m’est arrivé d’avoir une crise de larmes à cause d’une énième remarque sur mon poids. C’était la goutte de trop, celle qui avait fait déborder le vase (d’autant plus que c’était une journée chagrin d’amour, la totale). Bref, je ne sais plus combien de régimes grossissants j’ai entrepris. Combien de temps j’ai passé à me rendre malade et à criser parce que : « mes épaules sont pas assez rondes, mes bras et mes poignets sont trop fins, j’ai trop de poitrine, je suis difforme, mes fesses vont toucher mes talons, mes jambes sont trop minces« . Un pêle-mêle de ça, joyeux bordel en somme.

Et puis… Un beau jour, il n’y a pas si longtemps que ça en réalité, j’ai réalisé que mon corps n’avait pas à être parfait pour que je commence à l’accepter ; à m’aimer telle que je suis. C’est assez amusant d’ailleurs, car cette prise de conscience arrive à une époque où mon cher métabolisme commence à connaître quelques failles.

Sincèrement : aimez-vous (et laissez-vous aimer). C’est la clé. Vous verrez même que certains de vos complexes peuvent être des atouts. S’accepter, s’assumer, c’est commencer à rayonner ! Peu importe votre poids, que vous soyez musclé(e) ou non, avec ou sans cellulite, le corps ferme ou non. Ce n’est pas ça qui va vous définir ;)

Sur ces quelques mots, je vous souhaite une belle journée, prenez soin de vous et de ceux que vous aimez  ❣

 

Publicités

Musique & Bonne humeur

Hello mes churros !

music.jpg

Aujourd’hui, je reviens avec un article musical. La musique a toujours fait partie de mon quotidien, j’ai donc sélectionné (seulement) 5 titres que j’aime écouter, et qui me reboostent ou m’aident à garder de l’énergie, ainsi qu’un esprit positif. Après avoir effectué un nouveau séjour en Andalousie, je vous avouerais que je suis assez nostalgique de ma vie là-bas, et que j’écoute essentiellement des titres latinos (dont je n’aime que très rarement les clips, mais ça c’est une autre histoire). Et vous verrez, c’est promis : il existe d’autres titres que « Despacito » ( Pasito a pasitoooo, suave suavecitoooo #JeVousTaquine )

♫ La Bicicleta (Carlos Vives & Shakira)

Je suis fana de cette chanson et des souvenirs auxquels elle me rattache.

♫ La cintura (Alvaro Soler)

Je trouve que ce titre donne la pêche et envie de danser (d’ailleurs, si vous avez du temps à tuer, vous pouvez apprendre la choré haha). C’est du bonheur en chanson.

Corazon (Maluma & Nego Do Borel)

Maluma est un chanteur de reggaetón ultra populaire. Je ne suis pas forcément fan de ses clips, mais j’aime beaucoup certains de ses titres. Celui-ci est en duo avec Nego Do Borel, un chanteur brésilien.

♫ Me llamas (Piso 21)

C’est très certainement l’une de mes chansons préférées, je ne pourrais même pas vous dire le nombre de fois où je l’ai écoutée ❤ !

♫ Desde esa noche (Thalia & Maluma)

Le rythme, les paroles de la chanson… Je ne m’en lasse pas. 

Et voilà ! N’hésitez pas à me dire si vous connaissiez déjà ces titres ou pas du tout, et aussi quelles sont les chansons que vous aimez écouter 

Bonne journée et prenez soin de vous ❣

 

Petits Bavardages

Hello mes churros !

SMALLTALK

Cela fait un moment que je n’ai pas pu venir écrire ici, et mine de rien, cela m’a manqué ! Du coup, j’ai beau n’avoir rien préparé à l’avance, j’ai décidé de me lancer dans un petit article improvisé.

Je traverse une phase assez bizarre, où je commence à me sentir de plus en plus en accord avec moi-même et sereine. J’ai l’impression d’être mieux aujourd’hui, à quelques mois de mes vingt-huit ans, que je ne l’étais à 18 ou 21 ans par exemple. Prendre de l’âge a aussi du bon.

J’ai l’impression que ces six derniers mois m’ont apporté plus que les sept années précédentes. J’ai vraiment le sentiment qu’il y a la Lina d’avant, et celle d’aujourd’hui. Je ne me sens plus perdue et « apeurée » comme autrefois. Je sais (dans les grandes lignes !) ce que je désire faire de ma vie. J’ai des idées plus précises de ce que je souhaite réaliser, autant professionnellement que personnellement. Je ne culpabilise plus d’oser penser à moi, de faire des choix en pensant à mon propre bien-être.

Je prépare donc tout doucement un « petit » changement qui va intervenir dans ma vie d’ici quelques mois, et dont je vous parlerais en temps voulu.

Quand j’y repense, il y a un an de cela, j’avais des projets radicalement différents… Comme quoi, la vie est réellement imprévisible.

Et vous alors ? N’hésitez pas à me donner de vos nouvelles : avez-vous des projets en cours, ou en tête ? Des idées folles ou terre-à-terre ?

Prenez-soin de vous ❣

Ancré dans ma peau…

Hello mes churros !

TATTOO.JPG

J’en avais parlé deux ou trois fois sur le blog, et j’ai sauté le pas en Janvier. En effet, depuis le mois dernier, je suis tatouée. 2018 est l’année du changement, alors autant commencer en beauté, avec ce projet qui me tenait tant à coeur.

Je précise d’ores et déjà que cet article n’est pas là pour inciter qui que ce soit à faire de même, un tatouage est un choix PERSONNEL.

J’ai mûrement réfléchi avant de franchir la porte du salon de tattoo. À mes yeux, se faire tatouer n’est pas un acte anodin, même si les mentalités évoluent à ce propos, et que de plus en plus de gens ont désormais un tatouage ( ou plusieurs !), sans pour autant que ce soit « mal perçu ».

Ce tatouage, ce fut un peu un cadeau de Noël que je m’offrais à moi-même (car certes, le rdv était en Janvier, mais la prise de rendez-vous a eu lieu bien plus tôt).

 Concernant le prix : non, il ne faut pas systématiquement vendre un rein, ou gagner au loto, pour pouvoir se faire tatouer. Tout dépend de votre projet ( détails, remplissage ou non, grandeur, etc). Il en va de même pour la douleur, chacun la gère différemment, et elle sera sans doute différente selon que vous vous faites encrer une petite initiale sur l’épaule, ou un aigle plein de détails dans le dos.

La première chose la plus importante, c’est le choix du salon. Pour ma part ce fut simple, je connaissais beaucoup de monde s’étant fait tatouer là où je suis allée ; j’aimais beaucoup le travail du gars, et je n’en avais entendu que du bien ( autant niveau sympathie que de l’hygiène impeccable). Renseignez-vous bien !

❃ J’ai eu un très bon feeling avec le tatoueur, il a fait du bon boulot tout en blaguant beaucoup, ce qui fait que je n’étais pas focalisée sur la douleur. Alors, oui, un tatouage « ça fait mal« , mais c’est largement supportable. J’ai compris pourquoi personne n’arrivait à définir précisément quel genre de douleur c’est, car en fait, ça ne ressemble à rien d’autre. C’est à la fois comme une griffure de chat (mais moins douloureuse je trouve, car pas aussi profonde), et une sensation de brûlure. Il faut « juste » essayer de se détendre, et de penser à bien respirer.

Personnellement, j’ai regardé le tattoo prendre forme sur ma peau, et sérieusement, le bonheur de le voir surpassait tout le reste. Honnêtement, je m’étais attendue à bien pire après avoir eu la folie de lire une tonne de témoignages sur divers forums ( un conseil : ne faites JAMAIS cela ! C’est un peu comme se rendre sur doctissimo et avoir la certitude que vous allez mourir à cause d’un simple rhume. )

Concernant l’après-tatouage, il y a des soins à faire, mais pas de soucis : le tatoueur vous expliquera tout, et vous n’aurez plus qu’à aller à la pharmacie récupérer ce dont vous avez besoin. J’ai eu la chance de supporter les pansements Tegaderm, qui sont franchement ultra pratiques. C’est un peu chiant à enlever (c’est sans doute ça qui fut le plus douloureux durant mon expérience : retirer le pansement chaque matin haha), mais tellement si simples d’utilisation !

 Je craignais un peu la phase de cicatrisation, mais j’ai une peau de warrior je crois haha Pas de croûtes (alors que j’avais lu des trucs à vous faire tourner de l’oeil, d’où mon conseil plus haut de ne pas lire 50 000 témoignages), ça a très peu pelé (il fallait vraiment s’approcher pour le voir), et les démangeaisons furent légères.

À ce jour, très peu de personnes ont vu mon tatouage ( 6-7 je crois), et je ne compte pas l’exposer sur le blog, ni ailleurs, en mode  » Eh, je suis tatouéeeeeee ». C’est vraiment quelque chose que j’ai fait pour moi. Oh, je m’attends bien à recevoir quelques remarques, mais je m’en moque, chacun est libre de faire ce qu’il veut de son corps.

La tolérance n’est pas qu’un mot perdu parmi d’autres dans le dictionnaire ;)

Je vous souhaite une belle journée, prenez soin de vous 

 

 

J’avoue tout 😜

Hello mes churros !

MEMORIES.JPG

J’espère que vous allez bien ?! Je cours un peu après le temps dernièrement, mais j’avais envie de venir partager avec vous un article léger, sans prise de tête, et où je n’aurais pas peur de rire de moi-même 😋.

Bref, voici quelques faits & anecdotes, parfois amusant(e)s, parfois moins… Mais toujours 100% authentiques 🙂 N’hésitez pas à partager les vôtres également !

Let’s goooo :

⭐️ Parfois, quand je me perds sur youtube, j’aime bien écouter des génériques d’anciens dessins-animés ( les chevaliers du zodiaque, l’école des champions, sailor moon, etc) De vrais moments de nostalgie ! haha

⭐️ Quand Vianney chante « J’ai la peau craquelée depuis toi, desséchée.« , au départ j’avais compris :  » De putois desséché « . J’ai l’âme d’un poète, que voulez vous.

⭐️ D’ailleurs, l’année de sa sortie je détestais cette chanson (Pas là). Sans doute car à la tv, on nous passait essentiellement le refrain en extrait. Finalement, c’est un titre que j’aime beaucoup (avec « Je m’en vais« ), et j’apprécie réellement Vianney.

⭐️ Quand j’étais petite et que nous allions au cimetière sur la tombe de mon grand-père, puis de mes arrières grands-parents maternels, je ramassais les pots de fleurs renversés des tombes « inconnues », parce que sinon ça me faisait de la peine pour la personne décédée. (La gamine pas du tout bizarre ou trop sensible 😅)

⭐️ Quand j’avais onze ou douze ans, avec mes copines on aimait bien chanter « J’attends l’amour » (c’était à l’époque où j’avais encore une jolie voix… Et sans doute le seul titre de Jenifer que j’ai apprécié !), eh bien croyez moi ou non, mais dix-sept après je me souviens toujours des paroles de cette chanson.

⭐️ Un jour, mon frère a écrit à l’encre fluo ORANGE sur le front de ma poupée préférée. Je lui en veux encore. (Je blague, hein !) Cela dit, c’était de bonne guerre, j’allais parfois farfouiller dans sa chambre pour lire les lettres de sa petite-copine de l’époque. #MiniPeste.

⭐️ Parfois, quand je me dis « bon sang, je vais DÉJA avoir 28 ans, j’essaie de relativiser, et je repense avec une certaine émotion à la Lina enfant, assise un soir d’été sur un banc avec sa grand-mère, disant à cette dernière qu’elle n’était pas âgée parce que «  Tu sais, mamie, on est vieux qu’à partir de cent ans…« .

Et voilà, c’est tout pour cette fois-ci !

Je vous souhaite un très joli Samedi, prenez soin de vous et de ceux que vous aimez. ❣