Les mots peuvent (blesser) tuer …

hurt

Il y a quelques mois, j’Ă©tais tombĂ©e sur la vidĂ©o d’une youtubeuse qui parlait du harcĂšlement scolaire dont elle avait Ă©tĂ© victime. C’est quelque chose qui me serre toujours un peu le coeur, parce que durant ma scolaritĂ©, j’ai vĂ©cu deux annĂ©es trĂšs difficiles.

Je n’ai donc pas pu m’empĂȘcher de tiquer quand la fille en question a affirmĂ© que lorsque l’on Ă©tait victime de cela, c’Ă©tait parce qu’on avait fait quelque chose de mal, qu’on veuille l’admettre ou non. J’ai crĂ» avoir une hallucination auditive. Car je ne pense pas que cela soit le cas. Dire ça, c’est comme aller toquer Ă  la porte d’une fille qui s’est faite violer et lui balancer Ă  la figure «Ben ouais mais toi aussi, t’avais qu’Ă  pas te trimballer en mini-jupe !» . Vous imaginez un peu ?

Je pense Ă  tous ceux qui ont songĂ© au suicide Ă  cause de petits cons qui se croient malins. Je pense Ă  ceux qui sont passĂ©s Ă  l’acte. Perso, je ne voulais pas mourir. Juste me faire assez de mal pour finir Ă  l’hĂŽpital. Je n’Ă©tais qu’une adolescente. Quel Ă©tait mon tort ? Aucun. Si ce n’Ă©tait d’ĂȘtre la cible parfaite, la bonne poire un peu trop timide qui n’osait pas grand chose. DĂ©fendre les autres, je savais, mais pour moi 
 c’Ă©tait diffĂ©rent. Pas Ă©tonnant que ces annĂ©es d’horreur terminĂ©es, j’ai dĂ©cidĂ© que je ne me laisserais plus jamais faire, promesse que je tiens plutĂŽt bien.

HonnĂȘtement, dire que si on se fait harceler c’est de notre faute, ça me donne la nausĂ©e. Quand ça arrive on se remet beaucoup en question. Il y a un moment oĂč on en vient presque Ă  croire qu’au fond, c’est vrai  : aprĂšs tout, on doit avoir mĂ©ritĂ© ce qui nous arrive ou un truc cloche chez nous.Pour ma part, plus que les adultes du cadre scolaire qui prĂ©fĂ©raient ne rien voir (mis Ă  part une pionne qui a Ă©tĂ© plutĂŽt super avec moi), j’ai du supporter le comportement abject de ma prof de sport. Une des choses qu’elle a fait un jour, est encore gravĂ© dans ma mĂ©moire et reste un des Ă©pisodes blessants qui m’a le plus marquĂ© . Ce serait aujourd’hui, je riposterai vivement. Mais Ă  l’Ă©poque, j’Ă©tais une gamine et elle une adulte (du moins Ă©tait-elle supposĂ©e en ĂȘtre une).

Tout ça pour dire que je repense Ă  tous ceux qui sont victimes de harcĂšlement, de moqueries, etc Juste car ils sont trop timides, trop grands, trop maigres, trop roux, mal fringuĂ©s, ou que sais-je encore ?! Ceux qui se font harceler pour ĂȘtre qui ils sont. A cause de leurs diffĂ©rences. Ce n’est pas leur faute. Ils ne sont pas responsables. 

Et Ă  tous ceux Ă  qui cela arrive : parlez-en Ă  quelqu’un qui saura vous Ă©couter et vous aider. Si vouloir se dĂ©brouiller seul(e) est admirable, accepter une main tendue l’est tout autant.

♄

(VoilĂ , je m’excuse pour ce long article (que j’ai hĂ©sitĂ© Ă  publier, mais je me suis fait violence) et qui tranche un peu avec l’autre texte plus joyeux sur l’optimisme. N’allez pas croire que mon moral flanche, ce n’est pas le cas, mais j’avais besoin de m’exprimer sur le sujet. Le temps qui passe aidant Ă  flouter les blessures, tout ceci reste un (trĂšs) mauvais souvenir, mais qui ne m’atteint plus comme avant. J’ai su me relever. La plus belle revanche que l’on puisse avoir aprĂšs tout ça, c’est de sourire Ă  la vie et d’ĂȘtre heureux ! Croyez-moi, la roue tourne ;-) !)

Publicités

10 réflexions sur “Les mots peuvent (blesser) tuer …

  1. Ginie dit :

    Bon ben tu vas encore ĂȘtre en sĂ©lection ;-) ♄

    Je ne sais pas trop quoi dire…dans mon enfance/adolescence j’ai aussi subis quelques railleries, je tentais m’en dĂ©fendre mais parfois/souvent cela n’est pas suffisant. On vit avec, on se renferme, on perd confiance ou alors au contraire on agit pour prouver de quoi l’on est capable. Mais en AUCUN cas cela est de notre faute. Les gens peuvent ĂȘtre tellement mĂ©chants, intolĂ©rants, irrespectueux… on parle des enfants mais les adultes ne sont pas mieux, ces adultes qui oublient que cela pourrait leur arriver plus vite qu’ils ne le croient….

    • heylinaa dit :

      Oh, je ne sais pas si un article aussi sĂ©rieux sensibilisera les gens tu sais, mais (en) parler est important ;-) ♄

      Au dĂ©but on tente de se dĂ©fendre, mais quand on est seule face Ă  plusieurs, c’est difficile et plus le temps passe, plus on se sent fragilisĂ©e, lasse de lutter. Tout Ă  fait. Et les adultes sont parfois aussi sans pitiĂ© que les gamins :/

  2. Melgane dit :

    Les victimes ne sont jamais coupables, par dĂ©finition… mais je crois que c’est la maniĂšre que cette youtubeuse a trouvĂ© pour se relever : elle a dĂ©cidĂ© d’accepter d’ĂȘtre victime, de se dire que, oui, peut-ĂȘtre, elle avait fait quelque chose, donc elle a cherchĂ© quoi pour rĂ©gler le problĂšme Ă  la source. Mais elle s’est peut-ĂȘtre trompĂ© de source. Ou peut-ĂȘtre pas. Il y a des cas de harcĂšlement sur le physique, comme tu dis, mais aussi qui partent de fait (comme des gens qui mettent la photo de classe sur leur blog) et les gens visĂ©s sont blessĂ©s, se sentent atteints, et leur moyen de dĂ©fense c’est l’attaque. Mais ce n’est pas la majoritĂ© des cas.

    • heylinaa dit :

      J’ai eu l’impression pour ma part, que tout cela Ă©tait encore trop « frais » pour cette youtubeuse, elle se sent encore coupable alors qu’elle ne devrait pas/plus/…

      C’est certain, mais il y a une diffĂ©rence entre avoir une/des embrouilles Ă  cause de bĂȘtises dites ou faites et le harcĂšlement quotidien qui trĂšs souvent part de rien. C’est soit physique, soit parce qu’ils vont trouver la personne « intello », trop sĂ©rieuse, trop timide, etc Aller Ă  l’Ă©cole avec le ventre nouĂ© parce que tu sais que tu vas te faire « embĂȘter » (pour rester polie) et intimidĂ©e, ce n’est pas normal. Un garçon de mon Ă©tablissement avait fini jetĂ© dans une poubelle (style benne), juste car ça faisait « marrer » les autres gars qui le harcelaient. Le pire c’est que deux profs passaient et avaient eu le sourire en voyant ça… Rien n’excuse que l’on se comporte ainsi.

  3. la bulle petillante dit :

    ton billet m’ a tirĂ© les larmes car je m y suis reconnue. J’ai moi aussi Ă©tĂ© harcelĂ©e quand j’etais mome, d’abord toute la primaire parce que j etais trop grosse au gout des autres et ensuite tout le collĂšge oĂč on me trouvait tous les dĂ©fauts du monde (grande oreilles, trop grosse, trop ci, pas assez ca) je reste veritablement traumatisĂ©e par une prof de français, (qui etait ma prof principale)en 6ieme, qui a cautionnĂ© tout ca. On avait Ă  cette Ă©poque un « cahier de vie » dans lequel on devait noter le sujet de la prochaine « reunion de vie » de la classe. et les Ă©lĂšves s ‘etaient mis d’accord pour faire une rĂ©union sur moi. Oui, sur moi. La prof a laissĂ© faire, je me suis retrouvĂ©e sur l’estrade et elle a dit a tout le monde que chacun devait dire ce qu’il voulait sur moi. Je m’en suis pris plein la gueule, je n’oublierais jamais ca. Elle a laissĂ© faire, laissĂ© critiquer mon physique, j’etais en larmes et tout le monde a trouvĂ© ça normal…Mon gros tort a Ă©tĂ© de ne pas l’avoir dis a mes parents, d ‘ailleurs, j’ai 32 ans, c’etait donc il y a 21 ans je ne leur ai jamais dis. j’avais honte, je me sentais coupable, si on faisait une reunion sur moi, si on me disait tout ca, c’etait que je le mĂ©ritais.donc j’ai rien dis Ă  mes parents. le pire etant que la prof n’a modĂ©rĂ© aucun Ă©leves, a la fin de l’heure, quand tout le monde est parti, elle m’a juste dis « tu t es bien dĂ©fendue » alors que je pleurais tellement….. Heureusement que je suis de la gĂ©nĂ©ration qui a grandi sans portable et sans internet sinon je ne sais pas ce que je serais devenue…

    • heylinaa dit :

      Merci pour ton tĂ©moignage.Ton commentaire m’a beaucoup Ă©mue, vraiment. Je comprends ce sentiment de « honte » car je l’ai eu aussi, ma prof de sport m’avait fait sentir tellement minable un jour ! Et il est vrai qu’on ose pas en parler car d’une Ă©trange maniĂšre on culpabilise. Personnellement, j’ai confiĂ© certaines choses que bien des annĂ©es plus tard. Pour le reste, vu que j’ai dĂ©veloppĂ© de la phobie scolaire, ça a Ă©tĂ© difficile de le cacher. Si je n’avais pas Ă©tĂ© soutenue et entourĂ©e, j’aurais pu faire une bĂȘtise et je rĂ©alise Ă  quel point c’est horrible d’avoir pensĂ© ça, et anormal car c’est un Ăąge oĂč l’on devrait pouvoir Ă©voluer sereinement. Ce que t’as fait subir cette prof me met vraiment en colĂšre, c’est tellement inhumain, tu n’Ă©tais qu’une gosse en plus. Elle aurait dĂ» ĂȘtre lĂ  AVEC toi, pas se montrer aussi stupide et cruelle que les autres Ă©lĂšves.
      C’est vrai que dĂ©sormais, avec tous les rĂ©seaux sociaux, etc tout peut prendre une rĂ©elle ampleur, c’est effrayant !

  4. Charly Jolie dit :

    J’ai connu le harcĂšlement aussi, quand j’Ă©tais au collĂšge, par un gars de ma classe. C’est allĂ© loin, trĂšs loin, jusqu’Ă  l’incitation au suicide en fait (et j’ai fini par tenter de me tuer). J’Ă©tais encore dans un autre schĂ©ma de culpabilitĂ©, parce que j’Ă©tais amoureuse de lui. Alors je me disais que je devais lui obĂ©ir, me soumettre Ă  lui, pour lui plaire, pour ĂȘtre digne de lui. J’ai mis des annĂ©es Ă  m’en remettre, et ma vie sociale en garde encore des consĂ©quences.
    Je ne comprends pas comment on peut dire que le harcĂšlement a Ă©tĂ© « mĂ©ritĂ© » par la victime. Bien souvent, les harceleurs eux-mĂȘmes n’ont pas de vĂ©ritable raison pour justifier leurs actes. Peut-ĂȘtre que pour cette youtubeuse, c’est encore trop rĂ©cent, qu’elle n’arrive pas encore Ă  affirmer qu’elle est une victime. Mais j’ai peur de l’impact que ses propos pourraient avoir sur d’autres victimes…

    • heylinaa dit :

      Je ne peux qu’imaginer l’horreur que ça a dĂ» ĂȘtre et le cĂŽtĂ© complexe de la situation :-/ C’est sĂ»r que certaines choses que l’on vit nous laissent des « sĂ©quelles », ça nous façonne un peu…

      C’est tout Ă  fait ça, eux mĂȘme seraient incapables de se justifier. C’est aussi le sentiment que j’ai eu concernant cette youtubeuse. Il faut espĂ©rer que ça ne renforce pas la culpabilitĂ© de certains en inversant les « rĂŽles », si on peut dire ça comme ça …

  5. Dazzlingpansy dit :

    J’ai vu une youtubeuse qui en parlait d’harcĂšlement scolaire mais qui ne l’avait pas subit mais faisait comme tel. Je pense sincĂšrement que ce genre de situation doit avoir Ă©tĂ© vĂ©cu pour en parler. On ne peut pas « se mettre Ă  la place de quelqu’un ».

    J’ai remarquĂ© avoir horreur de me caractĂ©riser comme ayant Ă©tĂ© victime d’harcĂšlement scolaire. Pourtant je l’ai bien subit. Je voyais ça comme un Ă©chec dans ma vie, n’avoir pas su se dĂ©fendre. Pourtant maintenant, disons que ça a forgĂ© mon caractĂšre.

    Je ne me mens pas ou plus, ça n’Ă©tait clairement pas normal d’avoir des nausĂ©es rien qu’Ă  l’idĂ©e de retourner Ă  l’Ă©cole, surtout que j’adorai ça moi, l’Ă©cole, apprendre de nouvelles choses et etc.
    J’ai lu dans les commentaires que certains professeurs participaient aux moqueries. C’est totalement honteux. Mais c’est vrai, quand on est Ă©lĂšve, on n’ose rien dire. Je pense qu’on ne voit pas que ce que l’on subit n’est pas normal. Au dĂ©but on ne comprend pas, aprĂšs on a peur puis on s’habitue Ă  ce sentiment en nous remettant constamment en question. C’est un cercle vicieux.

    J’ai surtout remarquĂ©, et maintenant avec du recul, que c’est surtout pour la diffĂ©rence qu’on se joue de nous. On n’entre pas dans le « moule type » de l’ado/l’enfant, donc bam, c’est toi qui va prendre. Et l’effet de mouvement est vraiment affreux. Des gens que tu ne connais de nul part s’invitent Ă  participer Ă  la moquerie. Du dĂ©lire.

    Ce que je n’ai jamais compris et que je ne comprendrai jamais c’est la non-assistance lors des « altercations ». Les personnes voient, parfois mĂȘme participent, mais alors personne n’est lĂ  pour dĂ©fendre l’individu qui est seul face, gĂ©nĂ©ralement, Ă  un groupe.
    Ca m’a toujours rendu malade ce cĂŽtĂ© passif, quand je voyais que quelqu’un avait un problĂšme, je me dĂ©brouillait pour que ça cesse.

    Il est vrai qu’avec les rĂ©seaux sociaux, le harcĂšlement va encore plus loin malheureusement.
    Je n’ai pas l’impression pour autant que l’Ă©tablissement scolaire agit rĂ©ellement en cas de problĂšme. Une convocation, ça cesse 2 semaines, puis ça reprend comme si de rien n’Ă©tait.

    J’ai toujours ce sentiment de tristesse et de colĂšre mais je pense qu’avec les annĂ©es ça se « calme ». On apprend Ă  vivre avec, j’imagine.

    En tout cas il vrai que pour ce sujet, la clĂ© c’est de communiquer, rester seul dans son coin n’arrangera rien. Mais oui, la roue tourne, quand je vois ce que sont devenus ces personnes qui se moquaient je me dis que j’Ă©tais bien bĂȘte de me soucier d’eux.
    Ce n’est qu’une pĂ©riode (qui laisse des sĂ©quelles certes) mais cette mauvaise phase a une fin!

    • Linaa dit :

      Il faut effectivement l’avoir vĂ©cu pour rĂ©aliser tout ce que ça reprĂ©sente et l’impact que ça a sur une vie. Je crois qu’on refuse de se dire victime car on associe ça a de la faiblesse, alors que pas du tout. Les lĂąches, ce sont ceux qui font subir ça, parfois ( souvent !) en se mettant Ă  plusieurs contre un. C’est l’effet de masse que tu dĂ©cris. Le malheur de quelqu’un semble les amuser. Pour ce qui est des profs, perso c’est bien le comportement de l’une d’elle qui, mĂȘme avec le recul me blesse le plus. Je me souviens d’un tĂ©moignage de Christophe Willem, racontant une scĂšne humiliante au lycĂ©e et disant que ce qui lui avait fait le plus mal, c’Ă©tait le comportement d’un prof ou surveillant qui avait regardĂ© la scĂšne et rigolĂ©. LĂ  il avait perdu toute la confiance qu’il accordait aux adultes. Et c’est la vĂ©ritĂ©, quelque soit l’Ă©tablissement oĂč ça arrive, on se sent seul et dĂ©sarmĂ© face Ă  la situation.
      Je ressens encore la mĂȘme chose, tristesse et colĂšre, mĂȘme des annĂ©es plus tard. MĂȘme si depuis quelques semaines, j’essaie de faire la paix avec le passĂ© et cette partie lĂ  de mon adolescence. Puis voir que la roue tourne est une belle satisfaction… Comme tu dis, cela prends fin un jour. Cela dit j’espĂšre qu’un jour des mesures nĂ©cessaires seront prises car aucun enfant ou ado ne devrait avoir Ă  vivre cela.

Un petit mot :) ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s