« Le monde n’est que variété et dissemblance »

allunique

Je me demande à partir de quel moment les gens qui sont intolérants le deviennent. J’imagine que pas mal de choses se jouent dans la petite enfance. Force est de constater que quand on est petits, on s’en fiche de la couleur de peau des gens de l’école, de leur nom qui peuvent paraître originaux pour les adultes, ou encore de leur religion. On se lie d’amitié et puis basta. C’est plus tard, selon ce qu’on entend autour de nous qu’on devient fermés d’esprit ou qu’on continue à rester ouverts aux autres.

Dernièrement, j’ai vu le coup de gueule poussé par cette jeune femme qui avait reçu ce « compliment » excessivement maladroit lui disant qu’elle était très belle pour une noire. Au final, je dirais même que ça n’avait plus rien d’un compliment car ça avait un côté insultant. Il faut se mettre à sa place, je recevrais ce genre de message « T’es belle pour une blanche » (ou pour une hispanique !), ça ne me ferait pas super plaisir. La précision ethnique est de trop.

Dans l’école que je fréquentais, j’ai côtoyé très tôt des enfants dits « différents », qui avaient un handicap, et je considère cela comme une chance d’avoir rapidement pu prendre conscience que chacun est unique, et que les différences ne nous séparent pas nécessairement les uns des autres. L’une de mes meilleures copines s’est retrouvée clouée sur un fauteuil roulant plusieurs années suite à une opération très lourde. Cependant, ça n’avait en rien changé notre amitié, juste certains de nos jeux.

différence.jpg

Je crois que j’ai toujours détesté ceux qui rejetaient les différences ou s’en moquaient. Je me souviens notamment avoir remis à sa place une fille qui se moquait d’une autre dont le père s’appelait « Rhadi », parce que ça sonnait comme « radis ». Ou encore de cette fois où sur une vingtaine de gosses, j’étais la seule à me ranger du côté de celle que les autres mettaient injustement de côté à cause d’une histoire d’adultes qu’avait rapporté une fille de la classe. Je ne l’ai jamais regretté, parce que mes arguments et le fait que je ne me plie pas à l’effet de groupe avait fini par raisonner les autres.

On ne devrait pas juger quelqu’un selon sa couleur de peau, ses différences (sociales ou culturelles !), son apparence physique, ses croyances, sa religion, ou que sais-je encore. On devrait juste « juger » les actes et les paroles de chacun, car c’est peut-être cliché ce que je vais dire, mais ce qui compte vraiment c’est ce que la personne a au fond d’elle, dans son coeur. Qui elle est, et non les pseudos catégories dans lesquelles on voudrait tous nous ranger.

Et vous ? Qu’est-ce que tout cela vous inspire ?

Prenez soin de vous mes valseuses

Publicités

10 réflexions sur “« Le monde n’est que variété et dissemblance »

  1. Melgane dit :

    Comme toi j’ai eu la chance d’être dans un collège avec des malentendants et même d’être dans une classe avec deux puis trois élèves malentendants et ça de la Sixième à la Troisième. Mais je crois qu’il n’y a pas que ça qui compte. Parce que par exemple ma soeur a été dans le même collège, elle a une amie malentendante, et pourtant elle est constamment dans le glissement entre « j’ai une amie malentendante » mais aux JO de Sotchi « on ne fait pas de snowboard quand on a un problème à la jambe » ; elle a deux amis gays mais dit régulièrement « ça fait pédé » et y’a pas longtemps devant le biathlon, alors que le athlètes tiraient debout, un coude appuyé sur la hanche, « on dirait des pédé »… constamment. C’est épuisant. Je crois que c’est parce qu’elle est plus proche de mes parents que moi et qu’elle ne s’est pas détachée de leur façon de penser (qui est aussi dans le glissement entre fait social avéré _ par exemple le fait qu’on puisse attendre un bus lentement en Afrique _ qui se transforme en généralité voire en cas agissant sur la génétique _ par exemple : les Noirs sont lents et illogiques). Quoi qu’il en soit je trouve ça vraiment dommage d’entendre toujours aujourd’hui des choses comme ça… Surtout que c’est un comble ! Ça fait plus de 200 ans qu’on se bat pour faire admettre que les femmes ne sont pas génétiquement plus défectueuses que les hommes et on veut nous faire avaler que les Noirs sont lents et illogiques, qu’ils sont « comme ça », que leur cerveau est fait « comme ça », c’est quand même assez gros ! On n’apprendra décidément jamais de nos erreurs et de nos conneries !

    • Linaa dit :

      Je pense effectivement que ta soeur ne s’est pas détachée de la façon de penser de vos parents, ce sont les premiers adultes dont on entend l’avis à propos de X choses et il est tentant de développer une sorte de « mimétisme ». J’ai tendance à penser que le fait d’être influençable ou non aide aussi à se forger son propre avis sur les choses plutôt qu’à suivre l’opinion de la majorité.
      Certaines images véhiculées ont malheureusement la vie dure. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les choses ne changent et que les mentalités évoluent !

  2. Ginie dit :

    Bon tu sais déjà ce que j’en pense… parfois c’est la société en elle même qui créée et pousse à ces différences, elle dissocie, classe, favorise etc en fonction de telle ou telle chose.. provoquant dès lors des problèmes qui ne devraient pas exister.. Puis il y a les stéréotypes créés aussi par ça, l’histoire ou l’éducation. Bref ce n’est pas pour demain que tout le monde sera égal à l’autre… A nous de faire en sorte que nos enfants soient plus ouverts et « tolérants » …

    • Linaa dit :

      Oui, c’est certain, mais après chacun est libre de se forger son propre avis. La société est aussi ce que l’on en fait. Les stéréotypes sont encore trop courants malheureusement.
      Oui, c’est à nous, adultes, d’essayer de leur inculquer quelques valeurs essentielles ;)

  3. Sara dit :

    Bonsoir,

    Une fois de plus ton sujet d’article m’interpelle tellement ça me touche. Je l’ai vécu plusieurs fois.. Je ne comprendrais jamais les gens qui disent des « compliments » tout en rajoutant un qualificatif lié à l’ethnie, les origines ou que sais-je encore (le statut social, etc).. On ne se rend pas compte mais les mots ont du poids. Nous avons tous le pouvoir de détruire quelqu’un ou au contraire de l’aider à rester « vivante » juste avec un simple mot.

    On est humain avant tout avec différentes pigmentations de la peau, ce qui est tout à fait normal puisque c’est en fonction des gènes de nos parents mais aussi de la localisation géographique et du soleil tout simplement.

    Malheureusement, beaucoup de gens sont ignorants ou sont tout simplement dans un mal-être profond et ressentent donc le besoin de rabaisser ou de sortir des âneries sur les autres pour se sentir vivre, se sentir important pour les autres qui ne font qu’observer la situation. Je ne supporte pas les injustices liés peu importe le domaine qu’il touche. On est tous unique, différent et c’est cette diversité là qui rend le monde meilleur si nous reconnaissons ce bienfait là !

    Dans tous les cas, je pense que nous ne sommes personne pour juger qui que ce soit sur son physique, sur ce qu’il est en apparence ou sur ce qu’il fait. La liberté de chacun est là. Nous pouvons faire des critiques constructives pour encourager et pour rendre les autres meilleurs, sinon je trouve que ça ne sert à rien du tout mais alors vraiment rien.
    C’est triste que beaucoup préfèrent se tirer une balle dans les pieds des autres au lieu de se regarder avant et de chercher à évoluer positivement dans leur vie.

    xoxo
    Sara

    • Linaa dit :

      Je suis tout à fait d’accord, d’ailleurs j’ai souvent les mots « only God can judge me » qui me reviennent en tête car il est vrai que personne ne devrait s’attribuer le droit de juger les autres, surtout sans connaître leurs motivations, leur vie, bref leur histoire en quelques sortes. Les critiques constructives sont bienvenues, ça aide à progresser, à avancer et devenir meilleur en effet, mais sinon quand elles sont émises pour blesser je n’en vois pas non plus l’intérêt.
      C’est totalement ça, après je me dis qu’il faut être sacrément mal dans sa peau et dans sa vie pour ressentir le besoin de « descendre »les autres afin de se sentir exister :/

      Des bisous et bon week-end :)

      • Sara dit :

        Eh oui, il n’y a aucun intérêt à parler des gens quand on ne les connaît pas personnellement et encore, ce n’est pas suffisant pour « juger ».

        Malheureusement, les humains ont une double face. Certains l’assument plus que d’autres.

  4. aroulettes dit :

    la différence est une richesse…ceux qui ne la voit pas comme cela, sont bien pauvre dans leur esprit…
    la différence est une force…car celui qui est différent aura dû passer bien des obstacles pour la faire « accepter »
    la différence ne nous met pas dans des cases, elle rend le monde plus beau au contraire…
    on apprend, on découvre, on s’enrichie, à travers la différence…si nous sortions tous du même moules, qu’est ce qu’on s’apporterait?

Un petit mot :) ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s