Seuls… mais pas trop ?

Hello mes churros (oui, j’ai faim)

instantsolitude

L’autre jour, je suis tombée par hasard devant une image sur laquelle était écrit : « La meilleure façon d’être heureux avec quelqu’un est d’apprendre à être heureux seul. Ainsi, la présence de l’autre est un choix, et non une nécessité. »

J’ai trouvé cela tellement vrai…

Personnellement, j’ai beau aimer voir du monde et rencontrer de nouvelles personnes, j’ai parfois besoin de me retrouver en tête à tête avec moi-même. Beaucoup de gens ne comprennent pas forcément cela, mais je pense pourtant qu’il est plus sain de savoir rester seul(e) qu’entretenir des relations amicales/sentimentales par simple crainte de la solitude, laquelle s’apprivoise et n’a rien de « mal » si tant est qu’elle est choisie et non subie. Souvent, la différence réside dans le fait d’être seul(e), mais de ne pas se sentir « seul(e) » (genre exclu(e)). Car être entourée reste important, on a besoin des autres, on apprend à leur contact, etc

ALONE

Je connais beaucoup de personnes qui se mettent/restent en couple juste car elles ont une peur monstre de la solitude. À des proportions parfois extrêmes. C’est assez triste, car je suis certaine que ces mêmes personnes réaliseraient qu’elles ont les ressources nécessaires pour se débrouiller dans la vie, être indépendantes et acquérir ainsi une sérénité qu’on ne peut pas avoir tant qu’on a pas appris à apprivoiser le fait de rester (au moins un peu) seul(e).

J’ai tendance à penser que chacun est l’unique responsable de son bonheur (si on omet les aléas de la vie) et qu’il serait injuste et égoïste de faire porter à quelqu’un d’autre le poids de ses malheurs, la possibilité d’être heureu(x)se ou non. Un ami ou un petit-ami est là pour rajouter de la couleur à notre vie, mais il n’a pas à être l’unique « crayon de couleur » des pages de notre quotidien. C’est une bien trop grande responsabilité, et je ne pense pas que ça soit viable à long terme.

bye.gif

Je suis d’avis que pour se sentir bien, il suffit de trouver un juste équilibre entre interactions sociales et moments de solitude, apprendre qui l’on est et ce que l’on aime (car des choses à faire, même sans personne, il y en a des tas !) pour s’épanouir réellement. Bref, une fois de plus, comme le disait la citation que j’ai beaucoup aimé: apprendre à être heureux seul, car de là découlera la possibilité d’être heureux avec les autres, et ce de manière saine :)

Et vous ? Est-ce que la solitude vous effraie ou est-ce qu’au contraire, vous avez besoin de moments en solo ?

Bonne journée et prenez soin de vous

Publicités

12 réflexions sur “Seuls… mais pas trop ?

  1. Les Petits Bavardages de Magalie dit :

    Je suis très très très solitaire, heureusement que j’ai un boulot … mais je n’ai pas de lien particulier avec mes collègues, je m’entends très bien avec mais je n’ai aucun contact à l’extérieur. Donc en général je passe mon temps libre seule vu que je suis célibataire depuis 9 mois et je vois ma famille de temps en temps ou lors d’occasions. Et pour le moment ça me va très bien :)

    • Linaa dit :

      Si tu es heureuse ainsi, c’est l’essentiel :) Le plus important c’est de suivre ses envies et d’être fidèle à soi-même ;)

      Bonne soirée !

  2. dismoilalala dit :

    Je suis d’accord sur tout ce que tu as dit mais pour certaines personnes, rester seul peut être dangereux. Exemple, quelqu’un de dépressif qui se hait au plus haut souhaitera rester seul certes, mais cela le détruira. Un autre exemple, personnel cette fois. Je suis des personnes qui ne se supporte pas. Quand je suis seule, j’ai l’impression d’avoir une voix au fond de moi qui me hurle des critiques du genre « tu es seule parce que tu n’as pas d’amis, tu es inutile, tu ne manques à personne, personne ne t’aimes et personne ne t’aimera parce que tu es une merde. une fille aussi ridicule ne mérite même pas la vie qu’elle a ! » Et ainsi de suite, et ainsi de suite… Etre avec des gens permet de garder la tête hors de l’eau et de se changer les idées. Cela permet de faire cette petite voix au fond de moi. Je hais cette petite voix et je suis en train de me battre avec depuis quelques semaines. Maintenant, même si c’est dur d’être seule, j’arrive à ne pas avoir peur de ses moments.
    Tout ça pour dire que pour certaines personnes il peut être bon de se retrouver avec soi pour se sentir mieux, mais pour certaines personnes, cela peut anéantir. Je l’ai vécu…
    Sur ce, merci quand même pour cette pensée positive ^^

    • Linaa dit :

      Oui, je vois tout à fait ce que tu veux dire. J’ai vécu la dépression et l’une des choses les plus dures étaient de lutter contre mon envie de ne plus voir personne… Hors la limite entre solitude et isolement est certes mince, mais elle a un impact énorme dans notre quotidien. Se replier sur soi-même ne permet en aucun cas de s’épanouir.

      Je suis certaine qu’au fil du temps, tu apprendras à vivre les moments où tu te retrouves seule, de façon de plus en plus sereine. Tout s’acquiert petit à petit, selon notre caractère de base, on vit cela de façon différente. On « apprivoise » la solitude et les moments en tête à tête avec soi-même peuvent alors être mis à profit pour faire des choses qu’on aime, se retrouver, etc

      Il y a une phrase que j’avais lu et qui résume bien les choses : « Dans la solitude choisie, la personne doit être tout autant capable d’apprécier être seule avec elle-même que d’être en relation avec les autres. »

      Là encore, tout est question d’équilibre et chacun doit trouver le sien, voir de quel côté faire pencher la balance pour se sentir bien dans sa vie :)

  3. roniademoulin dit :

    Intéressante cette réflexion liant solitude et bonheur – bien-être… Grand Corps Malade le résume très bien : l’Homme est un solitaire qui a besoin des autres.
    Et je partage cette vision des choses, autant que je puisse aimer ma vie sociale… Les instants de solitude sont pour moi les plus précieux de mes journées. Ces minutes, parfois heures (hallelujah) où je me retrouve seule, je lâche. Dans le silence et vers le silence, on ne risque plus rien. Ça fait simplement du bien. Mais la question de la solitude est comme le reste, c’est une question d’équilibre et de dosage. A trop en abuser, on finit par se renfermer et à en manquer on finit par disjoncter. ;-)

    • Linaa dit :

      Oh, j’aime beaucoup la phrase de Grand Corps Malade, elle est parfaite !
      Et je suis totalement d’accord avec ta conclusion, je n’aurais pas su dire mieux ;)

  4. Ginie dit :

    J’ai toujours eu peur de la solitude, et je ne parle pas forcément de couple, même être chez moi seule pendant des jours me terrifiait… peut-être me sentais je incapable de réaliser certaines choses ?! Quitter mon ex me terrifiait également d’un côté car je me disais que je serais perdue et à nouveau seule (mais je n’étais pas prête à être avec n’importe qui pour ne pas être seule… ça non.. c’était plus le côté échec… bref…), là aussi je me sous estimais… Depuis que j’ai du tout quitter et tout refaire je me suis libérée de cette peur et je dirais même qu’à présent je la savoure ma solitude (peut-être même un peu trop parfois) (serais je toujours extrême ?! Lol) mais c’est vrai que parfois ça me manque de ne pas pouvoir appeler une copine et aller boire un verre, ou rentrer à la maison et retrouver un amoureux… C’est comme tout, il faut un équilibre !!!

    • Linaa dit :

      Je pense qu’être confrontée au fait d’être seule t’a aidé à réaliser tout ce dont tu étais capable :)
      Pour le reste, la copine & l’amoureux tu finiras par rencontrer les bonnes personnes ;)
      Tout est question d’équilibre oui :)

  5. Melgane dit :

    Churros au moins ça n’a pas le même signification sous-entendue que valseuses x) (oui, tu m’as traumatisée à vie, j’espère que tu t’en veux ! :P xD).

    Sinon je suis absolument d’accord avec tout ce que tu dis !
    J’ai besoin de solitude (miracle, les partiels sont arrivés : je suis seule chez moi parce que mes parents travaillent, mais en contre-partie les partiels sont l’après-midi et je rate le Giro, on peut pas tout avoir x’D), de BEAUCOUP de solitude, mais l’entourage ne le comprend pas toujours…
    Je crois que j’ai une amie qui ne supporte pas ça… une fois, c’était l’année dernière je crois, je lui avais dit que j’allais manger avec une amie de lycée et elle m’a dit « et moi alors ? Je vais manger toute seule ? ». Au final elle a mangé avec nous… hier elle me propose qu’on révise ensemble dans un parc dans les prochains jours mais elle a commencé à par introduire son propos en disant que sinon je me poserais sûrement des questions en la voyant monter dans le même bus que moi… je la soupçonne de ne m’avoir demandé que pour ça, comme une espèce de bouche-trou, en mode « je dois réviser avec quelqu’un mais j’ai déjà demandé à quelqu’un d’autre et il peut pas »… ça ne me vexe pas trop… ça me rend un peu triste pour elle parce que si j’ai raison ça veut dire qu’elle ne supporte pas de rester seule et c’est vraiment dommage…

    • Linaa dit :

      (Haha mea culpa ! N’empêche suite à cette histoire, je pense à toi à chaque fois que je commence à écrire un article, le traumatisme est présent des deux côtés je crois :P haha)

      C’est fort possible que ton amie ne supporte pas la solitude, ça y ressemble en tout cas. Le « soucis » c’est que beaucoup de gens trouvent ça anormal que quelqu’un puisse aimer rester seul, comme si c’était louche et que solitude rimait forcément avec souffrance ou « elle est seule parce qu’elle a pas d’autres choix », alors que c’est pas du tout ça. Perso sans moments en tête à tête avec moi-même j’étoufferais, ça m’oppresserait.
      Donc oui, je trouve ça triste aussi, et dommage parce que la solitude est nécessaire, au moins à petites doses ^^

  6. Darkrevette Blog dit :

    Le moment que je préfère dans ma journée c’est celui du coucher, après avoir dit bonne nuit à mon mari qui s’endort toujours très vite. C’est pas méchant. C’est juste un moment rien qu’a moi. Allongée dans le lit, dans le noir, le reste du monde endormit, je me sens « libre » entre guillemets. Il m’arrive de ne pas aller me coucher en même temps que monsieur, même si je sais qu’avec moi c’est la porte ouverte aux débordements parce que j’adore être seule la nuit et je rejoins le lit conjugal parfois vers 2h30 du mat ^^’ (Pour ça que je le fait rarement, et puis monsieur n’aime pas ça xD Enfin il n’aime pas que je prenne ce mauvais rythme)
    Je suis aussi seule la journée en semaine (avec mon chat <3) parce que je ne travaille pas. Autant parfois ça m'arrange parce que je fais un peu ce que je veux de ma journée et le temps passe finalement très vite, autant dans des moments ou je suis moins bien je préférerais que mon mari soit à mes côtés. Je ne parle pas forcément d'être malade physiquement mais j'ai des phases de déprime ou mélancolie pendant lesquelles il ne fait pas bon me laisser seule.
    Alors oui, comme tu le dis c'est une question d'équilibre entre les deux.

    • Linaa dit :

      Oh, mais je te comprends totalement.Même en couple, et même si on aime la personne, ça me parait normal et sain d’avoir envie de moments rien qu’à soi :)

      Pour le reste du moment qu’on est bien seule, qu’on en souffre pas, c’est l’essentiel :)
      Perso je pourrai passer des heures avec mes animaux, dans mon jardin, à lire ou à regarder un bon film et je sais que j’y serai mieux qu’en me forçant à sortir à tout prix dans des clubs ou autre ^^

      Bonne journée à toi :)

Un petit mot :) ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s